Belgique #3, j’ai testé pour vous le catamaran

Je m’étais dit « je suis à la mer, je vais en profiter pour faire du bateau ». Si ce n’est pas trop cher….


Et voilà qu’en me promenant derrière le port, par hasard, j’arrive dans un petit coin derrière la dune d’où je vois dépasser une rangée de mats. Je me dis ha! tiens… J’approche. L’endroit a l’air désert, voir à l’abandon vu la végétation sauvage et le bâtiment délabré. Curieuse, je m’avance à l’intérieur et me dis que, quand même, il doit bien y avoir de l’activité par ici vu le nombre de catamarans alignés. C’est là qu’un 4×4 noir aux vitres blindées déboule de nulle part à fond les ballons ! Je sursaute et m’écarte, je manque de me faire renverser.

La voiture s’arrête un peu plus loin et là, un bonhomme au visage rond et jovial, dénommé Peter, descend, me dit qu’il va fermer et me demande s’il peut m’aider. Je lui réponds que oui, je me demandais justement si c’était un club de voile et si on pouvait y faire du bateau. Il me dit oui oui, mais que ce n’est pas lui le gérant, qu’il est juste passé voir son bateau. Mais que, si je veux naviguer, son copain cherche souvent des gens pour aller sur l’eau, et que si ça m’intéresse, il me passe son numéro. J’explique que oui, ça m’intéresse, mais que je suis débutante. Il appelle le copain devant moi, échange en flamand, je saisi le mot « relax » dans la conversation, ce qui je crois s’applique à moi. C’est ok, j’ai le num’.

J’appelle deux jours plus tard le gars en question (dont je n’ai absolument pas saisi le nom, pourtant Peter l’a noté sur un bout de papier, mais c’est illisible…). Le gars me dit que ouai, on va faire du bateau. T’es débutante ? C’est pas grave ! Tu n’as pas de combinaison ? C’est pas un problème, j’ai ce qu’il faut je te prête l’équipement. C’est donc parti, Laura Gondin va faire du catamaran gratis. YESSSSS.

catamaran_bisJour J, j’arrive au club de voile. Mon skipper a de beaux yeux turquoise… et la quarantaine grisonnante et bedonnante, mais l’air sympathique et enjoué. Il se présente, je ne saisi toujours pas son nom… 1h30 pour préparer la sortie en mer, mettre le spi, mettre le foc, mettre la grand voile, démêler les bouts, se changer etc. Enfin, nous voilà sur la plage, prêts à partir. Le temps est gris, il y a un peu de houle, et surtout du vent. Le cata se soulève et nous voilà très vite sur une coque, moi suspendue au dessus de l’eau (presque) comme une pro. C’est là qu’il m’explique que s’il cherche des gens pour naviguer, c’est pour faire du poids pour l’équilibre du cata. Ça casse à peine mon enthousiasme.

Enfin bon, les choses se gâtent, je commence à avoir mal au cœur. Ne voulant pas passer pour un marin d’eau douce, je ne dis rien et lutte intérieurement avec mon estomac. Jusqu’à ce que je ne tienne plus. Je crie « stop ! », il arrête le bateau. Et là, cata (strophe) (haha ! T’as compris ?) j’ai pas le temps de le prévenir que je suis déjà affalée le long de la coque et que je vomi mes tripes. C’est les poissons qui vont être contents, c’est frites au menu les gars ! Je me rince et bois un coup d’eau, et ça va mieux déjà, je me sens vidée et fraîche comme un gardon (enfin presque). Je dis que je préfère quand même rentrer vers la plage. Notre sortie aura donc été écourtée, on sera restés même pas une heure sur l’eau. Le type n’a pas l’air trop perturbé par mon mal de mer soudain, et me dit que si je veux revenir un de ces 4, ce sera avec plaisir !

2 jours plus tard, je reçois un mail avec les photos. J’ai enfin son nom, le gars s’appelle Wouter. Je n’aurais pas pu deviner…

 

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on TumblrShare on LinkedInEmail this to someone

2 Comments

  1. 22 mars 2016
    Reply

    Bon, je n’ai pas eu les réponses à mes questions, mais j’ai passé un bon moment à lire ces deux épisodes sur la Belgique ! Tes anecdotes sont bien choisies et bien emmenées, et surtout pleines d’humour, c’est vraiment agréable à lire !

    • laura
      29 mars 2016
      Reply

      Merci bcp pour ton chouette feedback Marion ! Et oui, désolée de ne répondre que maintenant… Je ne suis pas très familière avec le support blog: avant, j’écrivais juste des histoires comme ça pour rire, par email à la famille et aux amis… Du coup j’ai été un peu longue à la détente sur les commentaires !
      Déso pas déso, comme disent les djeun’s

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *